Les orientations du département de théologie

Le département de théologie a pour mission de permettre aux étudiants d’entreprendre une étude approfondie de la Parole de Dieu en fonction du ministère presbytéral, ou d’un engagement pastoral dans l’Église. L’enseignement de la théologie est donc nettement coloré par cette orientation pastorale.

Abbé Stephen Otvos
Directeur du département
Tél. : (514) 935-1169, poste 207
Courriel : frstevos@gmail.com

Les cours suivants seront offerts au trimestre d’hiver 2019

Théologie I

Anthropologie théologique : la personne humaine dans le Christ – création, péché originel, grâce (3 cr.)
L’homme contemporain est à la recherche de son sens ; il est un mystère pour lui-même. La foi de l’Église lui dit que « le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné » (GS, 22). En effet, né sous le signe d’Adam, c’est-à-dire créé à l’image de Dieu et aliéné par le péché, l’homme est appelé à renaître sous le signe du Christ, l’Homme parfait. C’est par le Christ qu’il est justifié et c’est dans le Christ que dès maintenant l’homme vit de la grâce du Dieu Père, Fils et Esprit : Amitié, Inhabitation, Filiation. Enfin c’est vers le Christ, vers « l’état d’adulte, à la taille du Christ dans sa plénitude » (Ép 4, 13) que l’homme progresse de jour en jour.

Christologie : le mystère de Jésus, Christ, Seigneur et Sauveur (3 cr.)
Dans l’économie de la Révélation telle que Dieu l’a voulue, Jésus de Nazareth occupe la place centrale. Celui-ci est en effet la forme concrète, parfaite et définitive de la Révélation de Dieu aux hommes. Annoncé par les prophètes, objet de l’espérance messianique du peuple d’Israël, Jésus dévoile peu à peu à ceux qui l’entourent le mystère qui l’habite : par ses paroles, ses actes et l’exemple de sa vie, il leur révèle le caractère transcendant de sa personne et de sa mission. L’Église apostolique proclamera très tôt sa foi en Jésus, Christ et Seigneur et, à sa suite, la Tradition de l’Église confessera à la fois sa divinité et son humanité. Fils unique du Père, mais aussi homme comme nous, sauf le péché, Jésus a réalisé le Salut du genre humain par sa passion et sa résurrection d’entre les morts. Par là même, il est notre Sauveur capable de nous libérer de l’esclavage du péché et de faire de nous des fils grâce à l’Esprit qu’il nous a donné.

Grec (2 cr.)
La Grèce est le berceau de la philosophie, les arts et la culture. La langue grecque est une des bases de notre civilisation et de la culture occidentale. En plus, le grec est la langue dans laquelle le Nouveau Testament a été écrit. A la fin du cours l’étudiant(e) sera capable de lire et d’analyser textes en grec soit du Nouveau Testament comme des Pères de l’Église d’Orient.

Hébreu (2 cr.)
Initiation à l’hébreu biblique. Lecture de la Bible hébraïque. Structure du texte biblique.

Théologie pastorale : évangélisation – comment monter un projet pastoral (2 cr.)
Plus qu’une méthode d’application des connaissances acquises, la théologie pastorale se présente aujourd’hui comme une discipline théologique. Elle prend comme matériaux de réflexion : la Parole de Dieu, la Tradition, la pratique et les sciences humaines. Cette discipline théologique tient en compte du réel au moyen d’une observation structurée (VOIR), à l’interprétation des problématiques sous-jacentes à la lumière des sciences humaines et théologiques pour édifier les défis actuels de l’évangélisation (JUGER), pour déboucher enfin sur une intervention pastorale contemporaine tenant compte des possibilités et des limites du milieu (AGIR).

Tradition johannique (3 cr.)
Le corpus johannique (le 4e Évangile, les trois épîtres de Jean et l’Apocalypse) occupe une part importante du Nouveau Testament, non seulement en termes de longueur physique des écrits qui le constituent, mais surtout en ce qu’il apporte d’original au message chrétien. La communauté johannique, à laquelle ces écrits furent d’abord adressés, semble avoir formé, au sein de l’Église primitive, une communauté distincte où l’accent était mis sur l’amour des uns des autres et sur la « demeure » dans le Christ pour recevoir la vie. Le cours consiste d’abord, dans une bonne introduction, à situer le contexte historique du 1er siècle qui a vu naître les écrits johanniques, à essayer de cerner qui était ce « disciple bien aimé » à la source de cette communauté johannique et à dessiner le portrait de cette dernière, ses défis, ses combats et les crises qu’elle dut traverser. Nous nous attarderons longuement sur l’Évangile de Jean, apprenant à en lire quelques textes majeurs avec les outils de l’exégèse. Nous survolerons rapidement les trois épîtres johanniques, tentant d’en dégager ce qu’elles nous apprennent de la communauté johannique. Enfin le dernier quart du cours introduira au genre littéraire « apocalyptique » et à la lecture « tranquille » de l’Apocalypse.

Théologie II

Bioéthique : communauté chrétienne et promotion de la vie humaine (2 cr.)
L’essor prodigieux des sciences et des techniques biomédicales pose à notre société contemporaine ainsi qu’à la morale chrétienne des questionnements éthiques cruciaux. Dans l’horizon global de la communauté chrétienne, la bioéthique comme discipline  touche les questions les plus intimes  de notre existence : la vie, le mort, la santé, la souffrance,  le désir d’être heureux,  la vie conjugale,  la réalité  des enfants et, avec l’avènement de la théorie du genre et du mouvement transhumaniste, même le sens du  corps sexué. Ces développements remettent de plus en plus la valeur de la vie naturelle de la personne (βίος « bio ») en question.

Ecclésiologie II : Mariologie, eschatologie (3 cr.)
Ce cours examine l’enseignement de l’Église concernant la mariologie et l’eschatologie. La matière qui concerne Marie couvre les dogmes, les Écritures, et l’histoire de la mariologie.  En particulier, ce cours concerne la maternité divine, l’Immaculée Conception, l’Assomption, et Marie comme reine.  Ce cours examine aussi la mission de Marie et les dévotions mariales. L’eschatologie touche les questions de l’au-delà.  Elle concerne les grandes questions de la mort, le jugement final, et la vie éternelle.  Ce cours examine ces questions dans les perspectives des Écritures, de la théologie, et de l’histoire.

Initiation aux Pères de l’Église (2 cr.)
La théologie des Pères de l’Église révèle une constante indéniable à travers les différentes traditions et époques patristiques, à savoir la lecture, l’interprétation et la contemplation de l’Écriture. Ce cours s’efforcera d’introduire au monde patristique aussi riche que divers, en passant en revue les principaux auteurs patristiques et en mettant en relief leur exégèse et théologie suivant les différentes écoles ou méthodes.

 

Pentateuque : la révélation de l’alliance de Dieu avec l’homme (3 cr.)
À venir….

Sacrements de guérison : réconciliation et onction des malades (3 cr.)
À venir..

Spiritualité du sacerdoce ministériel – cours obligatoire pour les futurs prêtres (3 cr.)
Le prêtre est un baptisé; sa spiritualité est d’abord baptismale: tel est son premier appel à la sainteté. La vie du prêtre est au service de Jésus-Christ, de sa Parole, en toute charité, en communion avec le peuple de Dieu; la spiritualité du sacerdoce ministériel trouvera dans ces réalité sa source, sa nourriture et son épanouissement.

Fin de semaine & soir

SAMEDI MATIN

Éthique de la révélation (3 cr.)
Ce cours a pour but de développer chez l’étudiant(e) une vision positive, intégrale, épanouissante de la réflexion morale de l’Église catholique.  Pour atteindre cet objectif, le cours sera divisé en cinq parties et chacune sera abordée à l’aide d’une question. Que signifie « être moral »? Pourquoi et comment vivre une vie morale? Quel est l’état actuel de la théologie morale? Pour déterminer quelle est l’éthique de la révélation, retournons à ses sources bibliques : En regardant Jésus, quelles sont ses affirmations en ce qui a trait à la vie morale? Qu’est-ce que la « bonne vie » et comment l’atteindre?

MARDI SOIR (5, 12, 19, 26 mars & 2 avril)

« Dieu a visité son peuple » (Lc-Ac) : comment sommes-nous concernés ? (1 cr.)
Dans son évangile et dans les Actes, Luc mentionne à cinq reprises une visite de Dieu, accomplie ou annoncée, célébrée ou méconnue. D’un passage à l’autre, que révèle cette visite au sujet de Dieu, de Jésus et des bénéficiaires : un couple, une femme endeuillée, des disciples, un peuple en quête d’identité ?

CERTIFICAT EN THÉOLOGIE – TOUS

L’objectif principal du programme

Ce certificat permettra à l’étudiant de nourrir sa vie de foi et de s’outiller pour mieux servir l’Église.

La structure du programme

Le certificat en théologie pour tous cumule un total de 30 crédits.

CERTIFICAT EN THÉOLOGIE –
CANDIDAT AU DIACONAT

L’objectif principal du programme

À la fin du programme, l’étudiant sera mieux outillé pour servir l’Église. Il s’adresse aux candidats au diaconat permanent pour qui l’offre de cours répond aux besoins de sa formation.

La structure du programme

Le programme de formation théologique pour les candidats au diaconat permanent cumule un total de 39 crédits.

BACCALAURÉAT EN THÉOLOGIE

L’objectif principal du programme

À la fin du programme, l’étudiant aura approfondi la Parole de Dieu. L’accent est mis sur l’acquisition d’une vue d’ensemble de la théologie qui est nécessaire dans le service pastoral. Ce programme se distingue donc nettement de ceux des deuxième et troisième cycles de théologie où l’accent est mis sur la recherche spécialisée.

La structure du programme

Le baccalauréat en théologie cumule 90 crédits de cours obligatoires.